Cuzco et le site mystique du Perou : le Machu Pichu - Cuzco superas Sucre je beleco
  

Cuzco et le site mystique du Perou : le Machu Pichu - Cuzco superas Sucre je beleco

Cuzco, Pérou le 20/05/2010

 

A notre arrivee a Cuzco nous avons ete emmerveilles par la beaute du centre ville. Nous avons trouve une ville, plus belle que Sucre en Bolivie ! Cuzco, comme Sucre, dispose de batiments coloniaux mais ici la place centrale est imposante : elle est remplie d'arbres, de fleurs, de fontaines entoures d'une immense catedrale, d'une eglise et de batiments coloniaux aux balcons colores. De nuit c'est encore plus beau, appreciez vous meme, c'est la vue de la terrasse de notre hotel !


 
La region de Cuzco dispose d'enormement de sites incas ou du moins de restes de sites incas puisque les espagnols en ont detruit de nombreux a leur arrivee. La catedrale du centre ville est d'ailleurs construite avec les pierres du site de Saqsayhuaman situe au dessus de la ville.
Nous avons achete le billet touristique qui nous permet de visiter 16 sites de Cuzco. Nous avons particulierement apprecie :
- Saqsayhuaman avec ses immenses blocs de pierre ( a se demander avec les outils de l'epoque comment ils avaient pu les deplacer !) si bien imbriques les uns dans les autres qu'il est impossible de faire passer une aiguille entre eux !
- Pisac et sa cite inca que nous avons atteint apres 1h de randonnee. Situee sur une montagne au dessus de la ville, la vue est impressionnante et le site est immense (mirador, cite des paysans, temple du soleil pour les sacrifices, culture en terrasse ...)
- Moray et ses terrasses en cercle qui permettait aux incas de cultiver diverses varietes de plantes car les terrasses etaient orientees de maniere differente aux vents et a la chaleur. Les paysages sur la route depuis Maras etaient splendides et tres campagnards : champs de ble aux couleurs jaunes avec sommets enneiges a plus de 5000 m en decor de fond...


 
Et puis bien sur, nous nous sommes rendus au lieu mythique du Perou : le Machu Pichu ! Cela fut une vraie aventure et randonnee car pour l'atteindre nous avons fait tout un periple pour eviter de prendre un des trains les plus cher du monde. Perurail a en effet mis en place un tarif tres excesif pour les touristes, plus de 100 euros l'aller retour pour Agua Calientes alors que les locaux paient seulement quelques euros...
Nous avons donc fait un enorme detour et emprunte le chemin des ecoliers (comme le nomme le guide du routard). Nous sommes donc monte en bus a plus de 4300 m ( la route etait impressionnante, notamment le nombre de lacets vu d'en haut) puis nous sommes redescendu pour atteindre une vegetation a nouveau tropicale (environ a 1400m de hauteur). Sur la piste entre Santa Teresa et Santa Maria, a bord du minibus, nous avons eu qq frayeur en regardant le precipice en bas et egalement en traversant les ponts en bois ! Ce qui est super ici c'est qu'il y a toujours un mode de transport ou qu'on soit, et que, de n'importe ou peuvent surgir des passagers. Sur la route, au milieu de nulle part, tout a coup, nous avons vu surgir un groupe d'enfants, qui sont montes dans le bus. Ils semblaient revenir de l'ecole, mais ou etait l'ecole, cela reste un mistere...C'est comme en Patagonie quand le car s'arretait au milieu de nulle part et que qqn descendait pour se rendre surement a une des estancias perdue au milieu de la steppe !
Au mois de fevrier de fortes precipitations ont touche le Perou et le Machu Pichu a ete ferme pendant plusieurs mois. En continuant notre route nous avons compris pourquoi. De santa Teresa, un taxi nous a conduit jusqu'a la fin de notre route a bord d'un vehicule. En effet, la piste s'est completement ecroulee au mois de fevrier et notre seule solution pour atteindre Hydroelectrica a ete de traverser la riviere avec une tirolienne de 200m de long a 30 metre au dessus du vide !!! Une fois de l'autre cote, nous avons pu bien voir les degats de la pluie, un flanc complet de la montagne s'etait effondree. En fait, il a plu pendant plus de 7 jours consecutifs et les degats ont ete tres importants ! Nous avons fini notre route jusqu'a Agua Calientes (la ville en bas du Machu Pichu) a pied pendant 3h.
Le lendemain matin afin d'etre dans les 400 premiers au Machu Pichu (cela permet de monter au Wayna Pichu, la montagne collee au Machu Pichu), nous avons fait la queue dans la file du bus a partir de 4h30 du matin (le premier bus partant a 5h30). Finalement nous avons reussi a avoir le fameux sesame en grillant meme un peu la queue grace aux francais , Sarah et Tristan, que nous avions rencontre la veille. Sarah s'est mariee avec un Chilien et vit maintenant a Santiago et Tristan son frere est venu lui rendre visite. Nous avons avons visite avec eux le site mystique du Machu Pichu. C est un des seuls sites presque intact puisque les espagnols ne l'avait pas decouvert. Ici vivaient pres de 2000 personnes perdues au milieu de la montagne, je vous laisse admirer le paysage....difficile de decrire ce qu'on ressent en le regardant...
Comme nous avions gagne notre sesame pour le Wayna Pichu, nous avons bien sur grimpe ! Le plus dur ne fut pas la montee mais la descente car nous sommes descendus via le chemin alternatif, et il a fallu descendre via echelles en bois et surtout ensuite remonter et redescendre, tres physique, surtout quand on a pas assez d'eau !!!


L'apres midi pour nous remettre de nos efforts nous avons profite des thermes d'Agua Calientes (son nom n est pas un hasard !), quel plaisir...en plus nous en avons profite pour discuter avec une peruvienne et son fils sur les conditions de vie au Perou. Le salaire minimum ici est de 800 soles soit environ 220 euros.
Le lendemain toujours pour eviter de payer le train nous avons decide d emprunter le chemin de la voie ferree a pied, soit 30 kms. Les 18 premiers kms furent agreables, a l'ombre sur un sentier le long de la voie ferree. Par contre les 12 derniers furent plus difficiles, notamment car le sentier avait disparu et il a fallu marcher sur la voie avec les cailloux. Finalement au bout de 6h30 nous avons atteint, contents, la gare.
 
Enfin, derniere visite, qui sort un peu des sentiers battus : nous nous sommes rendus a des salines. Ce sont des salines en terrasse. Les hommes travaillent et ramassent le sel a la main. Sur le chemin nous avons croise plusieurs anes qui descendaient les sacs de sel.


Les paysages peruviens tout au cours de notre periple etait incroyablement "paysans". Ici la vie paysanne prend toute sa dimension. On voit les hommes rammasser le ble a la faux, labourer les champs avec les taureaux et puis presque dans chaque cours : des anes, vaches, brebis, cochons....c'est vraiment depaysant !

Tuj post nia alveno en Cusco, la urbo bonsorchis nin. Ghi ech superas je beleco Sucre en Bolivio ! La tuta centro (granda) estas kompreneble je hispankolonia stilo, sed ne kiel en Sucre tute blanka. Ghi estas pli varia kolore kaj estas multaj fasadoj kaj balkonoj skulptitaj. En la urbo ni renkontis denove Ian (Ien) austalian-usonano kiu vojaghas dum 1,5 jaro kaj kiun ni jam renkontis 2 foje (en Argentino kaj en Bolivio). Ni tagmanghis kun li kaj lia fratino kiu ferias kelkajn tagojn. 

Krom la belega urbo, la regiono disponas je multaj interesaj sitioj inkaaj. La plej interesaj lau ni estas:
 
-Saqsayhuaman: ruinoj de fortikajho kies shtonoj perfekte interplektighas, malfacilus enigi kudrilon inter 2 shotonoj de la muro.
-Kenko: natura sitio plibonigita de la inkaoj por fari kultejon en groto.
-Pisac: kiu lau mi iom rivalizas kun Machu Pichu 
-Moray: kultivejo en terasoj kiu permesas krei mikroklimatojn lau la orientigho rilate la venton kaj sunon.


 
Specialan chapitron ja meritas la "Machu Pichu". La sitio estas impresa pro la fakto ke la vilaghon neniam malkovris la hispanoj (kaj do ne detruis ghin) kaj ke ghi situas sur suprolinio super la valo kun la belega montosupro "Wayna Pichu" malantau la vilagho.
La prezo por vidi ghin estas tamen troa char krom la enirbileto (35 euros), necesas normale iri per unu el la plej kostaj trajnoj de la mondo (chirkau 100 euroj ire kaj revene). Ni tamen sukcesis malgrandigi la prezon irante buse kaj piede por la iro kaj nur piede (30 km laulonge de la fervojo !) por la reveno.
Ni vizitis la "Machu Pichu" kun 2 simpatiaj francoj: Sarah kiu edzinighis kaj vivas en Santiago en Chilio kaj shia frato kiu kunvojaghas, Tristan.


 
Por fini nian viziton de la regiono, ni admiris salejojn en terasoj. Jen finfine ejo vizitinda kaj ne-inkaa

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Pérou