Salvador: Une ville coloniale - Kolonia urbo
  

Salvador: Une ville coloniale - Kolonia urbo

Salvador - BA, Brésil le 19/10/2009

 

L etape etant un peu plus longue et ayant appris d autres francais que le port est a cote du centre ville, nous avons visite par nous meme la ville.

La premiere impression du bateau nous a donne une idee de l'immensite de la ville, la cote est bordee de grattes ciel.

Le centre historique est situe sur une colline que l on atteint par un ascenseur pas aussi rapide que celui de Montparnasse mais quand meme...

Le niveau de vie semble bas, beaucoup de personnes proposent des produits ou des services dans la rue, nous etions interpelles tous les 5 metres, sauf quand un policier tres aimable nous a accompagne jusqu'a un bureau de change. La monnaie au Bresil est le Real, un euro vaut 2,50 reals.

La veille ville est tres belle avec des maisons coloniales. Il y a de nombreuses femmes en tenue d'epoque dans la rue qui proposent de faire des photos avec elles.

Dans une boutique, nous avons rencontre un alsacien qui a quitte le territoire francais pour s'exiler a Salvador ou il a fonde sa famille. Les alsaciens sont tres voyageurs !

Plus tard, le Toulouse Lautrec bresilien auto proclame nous a parle dans un francais impecable. Il a 74 ans et en parait au moins 10 de moins, son pere est mort a 106 ans. Il a essaye de nous vendre ses tableaux, qui ne ressemble pas vraiment a ceux de Toulouse Lautrec ! Il nous a explique qu il y a 50 ans de nombreuses personnes parlaient francais ici car c'etait plutot chic. Selon lui au Bresil, on vit longtemps.

 

La urbo aspektas de la shipo kiel Nov Jorko, estas arbaro da chiel skrapajoj.

Multaj homoj estas malrichaj kaj proponis al ni chiujn 5m ion por vendi krom kiam afabla policisto akompanis nin al monshanghejo. Chi tie la valuto estas realo (1 euro = 2,5 realoj)

 En la historika urbocentro, ni renkontis samregionanon de Olivier kiu zorgas pri butiko de memorajhoj kaj fondis sian familion tie.

Poste surstrate, la Toulouse Lautrec brazila provis vendi pentrajhojn (kiuj ne similas tiujn de la fama pentristo) sed estis interese char li parolis perfektan francan lingvon. Li aspektas sufiche juna kvankam li aghas 74 jaroj kaj lia patro mortis 106 jaragha. Lau li en Brazilo oni vivas longe.

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Brésil