Des vacances parmi les vacances - Ferioj inter la feriegoj
  

Des vacances parmi les vacances - Ferioj inter la feriegoj

Puerto Iguazú, Argentine le 12/02/2010

 

On peut dire que les 15 jours qui viennent de passer ont ete remplis de fous rire et d imprevus ! Deja l'arrivee de nos familles a ete qq peu folklorique.. Quand a 18h45 nous avons vu debarque a la porte d arrivee seulement la mere d Olivier et une de ses amies Francette, nous avons d abord cru qu elles nous faisaient une blague.Mais non mes parents, ma soeur et mon beau frere n etaient pas la, ils avaient loupe l avion Madrid- Buenos Aires ....!!! Heureusement c etait du a des retards d Iberia et ils ont pu avoir l avion suivant qui arrivait 3h plus tard ( bien sur personne a l aeroport n etait capable de nous dire qu ils etaient dans l avion mais etant donne qu on avait recu aucun message par internet  nous avons imagine qu ils etaient dans cet avion)
 
Nous avons passe les premiers jours a Buenos Aires. Nous voulions vister le palais presidentiel , ouvert seulement le week end. Mais quand nous sommes arrives le dimanche matin, nous avons trouve porte close. On avait pourtant eu confirmation la veille qu il serait ouvert mais la seule explication a laquelle nous avons eu droit par un des gardes est que comme il pleuvait, ils avaient decide de fermer. Pour une visite interieure, cela est tres logique....mais plus rien ne nous etonne en Argentine...
Pendant les jours suivants, malgre les gastros en serie de nos invites, nous avons profite des beautes de Buenos Aires (La Boca, San Telmo, Palermo, le centre ville, Puerto Madero...)et de la tranquilite du Trigre, Nous avons navigue sur le delta pour nous rendre a un resto typiquement local : Alpenhaus !!! (eh oui nous avons mange allemand en Argentine mais il y a pas mal de descendants de colons allemands dans le pays, donc ce n est pas si surprenant !). Le Tigre avec ses multiples canaux est vraiment le lieu ideal pour se detendre.

Nous avons decolle le jeudi pour Iguazu et ses chutes. Les chutes sont incroyables, c est impossible de decrire ce qu on ressent quand on se trouve dessous, on en prend plein les yeux et les oreilles ! On a du mal a image la force qu elles ont. Et il y en a tellement ! De plus nous avons eu de la chance car il y avait bcp d eau et un temps superbe. Nous avons pris plusieurs douches sous les differentes cascades et avec mes parents et Francette nous avons meme pris une grosse douche en bateau sous une des chutes. C est trop marrant cela secoue un peu mais c est comme dans un manege.
Nous sommes alles du cote argentin (le plus grand et aussi le plus beau car on peut voir les cascades de plus pres), nous avons utilise le petit train, avons egalement bcp marche dans le parc et les differentes passerelles. On a pu observe la flore et la faune (nombreux papillons de toutes les couleurs, coati, singe, ecureuil, lezard, magnifiques oiseaux colores....).
Le lendemain nous sommes alles du cote bresilien, on a plus une vue d ensemble sur les chutes.
Je crois que cette etape est la plus belle que nous ayons faites depuis le debut, la beaute des chutes restera a toujours dans notre memoire.


 
De retour a Buenos Aires, nous avons loue un minibus afin de nous rendre a une estancia et sur la cote atlantique.  Nous avions lu dans notre guide de voyage que louer une voiture en Argentine etait plus que deconseille et apres une semaine d experience nous ne pouvons que confirmer. Deja les contrats de location ne sont pas comme en Europe et si on vous vole ou si vous avez un accident il y a des franchises enormes (pour nous elle etait de 1200 euros). En plus ils font un sabot de la carte bleue et vous devez le signer avec un montant vierge ! Et puis les argentins conduisent comme des malades, en changeant de file sans avertir et nous avons frole a plusieurs reprises l accident. Enfin la police est corrompue, nous avons failli nous prendre une amende de 300 euros pour ne pas avoir allume les feux en pleine journee ensoleillee ! En conclusion, si on peut faire autrement mieux vaut eviter !
 
Le lundi soir en revenant d Iguazu, nous n avions pas reserve d hotel. Nous voulions deja faire un peu de route pour nous rapprocher de l estancia et eviter les bouchons de Buenos Aires le matin. Mais il tombait des cordes et apres avoir tourne sans succes dans une des communes de la banlieue de Buenos AIres, completement innondee ( on aurait dit Venise !) nous avons repris l autoroute. A 23h30 nous avons demande sur une aire et on nous a dit qu il fallait continue jusqu a la ville ou se trouvait l estancia a 80 kms d ici (l Argentine est vraiment vide !). Apres avoir pris un sandwich nous avons donc continue jusqu a Chacosmus et a 1h du matin nous avons trouve un hotel typiquement argentin !...!Quand Olivier demanda a la reception s il restait des chambres pour 8 personnes, il fut qq peu surpris par la reponse "...pour toute la nuit!..?!" Quand nous avons vu les chambres, nous avons mieux compris. Elles sont couvertes de miroirs sur les 3 murs et le plafond. L hotel s appelle "tu y yo", "toi et moi" et normalement on ne dort pas vraiment dans les chambres....
 
Le lendemain nous sommes alles a l estancia Horqueta dela Atandeau ou nous avons pu mange de la bonne gastronomie argentine (asado: barbecue argentin, empanadas : fourre a la viande, pizza....) et avons profite des activites proposes (cheval, canoe : l estancia dispose en effet d un lac) mais malheureusement il y avait enormement de moustiques  ce qui ne nous a pas permis de profiter de toutes les activites exterieures.


 
Sur la cote atlantique l air etait beaucoup plus frais qu a Iguazu mais nous avons quand meme profite du soleil. Nous avons bien sur de nouveau ete rendre visite a la colonie de lion de mer dans le port de Mar del Plata, visite le musee sur la fondation de Villa Gesell, passe beaucoup de temps dans les restos argentins, certains ont meme pris un petit bain dans l atlantique, n est ce pas maman !
Le dernier jour nous sommes alles aux thermes de San Clement del Tuyu. Il s agit d une eau riche en fer et sodium ( il y a 3 fois plus de sel que dans l eau de mer et il est impossible de couler !) L eau etait entre 37 et 42 degres et la tout le monde s est baigne !


Ces vacances ont ete riches en fous rire et tres varies en paysage mais comme tout cela a une fin...lundi midi nous etions les seuls a rester sur la terre argentine...

Post 2 semajnoj da ferioj kun la familio, mia patrino Perrette, unu el shia amikinoj, Francette, la bogepatroj, Annie kaj Jean Jean, la fratino de Magali, Bifidus, kaj shia koramiko, Alfred, reveno al nia kara blogo.

Dum la ferioj ni interalie vizitis Iguazu, farmbienon en Chascomus kaj San Clemente del Tuyu. Pri Bonaero, Mar del Plata kaj Villa Gesell mi ne parolos, vi jam konas se vi legis la antauajn artikolojn. Por tiuj kiuj ne konas jen foto de la plej belaj kaj mirigaj akvofaloj de la mondo.

Ili situas che la landlimo inter Argentino kaj Brasilo. Mi aldonu kaj pardonpetas al la brazilaj esperantistoj ka la argentina flanko estas pli bela kaj granda. Lau atestoj de kelkaj personoj, kiujn ni renkontis, la akvofaloj de NIagara estas rindindaj kompare kun tiuj de Iguazu. Do priskribo estus senutila, nepras vidi ilin.

Revenante de Iguazu ni luis auton por iri la morgauan al la estancia la Horqueta del Atardecer. Ni volis trovi hotelon survoje kaj post longa serchado, je la 1a matene, ni trafis specialan hotelon argentinan. Mi demandis al la dejhorantino chu restas dormochambro liberaj por 8 personoj kaj shia respondo mirigis min : "..por la tuta nokto !?!" Kiam ni vidis la chambron, ni ja tute komprenis. Ili estas kovritaj je speguloj che 3 muroj kaj la plafono. La hotelo nomighas "tu y yo", "mi kaj vi ", kaj normale oni ne vere dormas en la chambro ...

La restado en la farmbieno estis tre interesa : ni progfitis ghin por chevali, "kompreneble", kaj kanui char la Estancia situas che etangego, 2 km granda, sed nur 50 centimetroj profunda maksimume. Tio vershajne klarigas ke estis nuboj da moskitoj kiuj iom malagrabligis nian restadon.

Che la fino de la ferioj ni ghuis kuracigajn salegajn banakvojn en san Clemente. Ili estas 3 foje pli salaj ol marakvo. Tie por la unua foja de mia vivo, mia korpo bretflosis. Ne eblas dronighi, la kapo senchese revenas super la surfaco.

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Argentine