Mar del Plata et la cote atlantique - Mar del Plata kaj la atlantika marbordo
  

Mar del Plata et la cote atlantique - Mar del Plata kaj la atlantika marbordo

Mar del Plata, Argentine le 05/01/2010

 

De Tandil a Mar del Plata nous avons encore pu admirer la pampa argentine et l immense vide qui existe dans le pays. On n est pas du tout habitue a parcourir des centaines de kms sans voir un village et ici c est chose courante.

Mar del Plata sur la cote atlantique est un peu la cote d Azur argentine. C est meme plus, puisqu en ete elle devient la capitale du pays :  presque tous les buenoseriens demenagent sur la cote pour les 2 mois de vacances d ete. Meme les grands spectacles de la capitale ne sont plus a Buenos Aires mais a Mar del Plata. On est arrive juste avant la grande vague qui commence apres le jour de l an. Noel et le jour de l an sont ici 2 fetes de famille. A Mar del Plata, nous avons ete accueilli par Juan Carlos qui nous a aide pour trouver un camping. Il est le seul esperantiste de Mar del Plata, pourtant la ville fait plus de 500 000 habitants mais personne n a porte le mouvement pour le faire vivre. Il nous a fait decouvrir le centre ville, et la Sierra de los Padres ainsi que le lac a l exterieur de la ville.

On a pu voir une tradition religieuse du coin : sur une grotte sont attaches les uns a la suite des autres des milliers de mouchoirs pour remercier la sainte locale. Le pays est assez religieux, il y a egalement souvent sur le bord de la route des petites cabanes rouges en l honneur d un saint que les argentins viennent fleurir. L avantage de connaitre des personnes locales est que cela nous permet de mieux comprendre les choses qui peuvent paraitre bizarres au premier abord. Par exemple, depuis Tandil, nous avions remarque a plusieurs reprises sur des voitures des bouteilles d eau posees sur le toit. La premiere que l on voit, on se dit, ils l ont oublie mais quand le phenomene se multiplie, on se dit cela doit vouloir correspondre a quelquechose mais a quoi ? A votre avis a quoi cela peut il servir ? Je vous laisse nous faire vos propositions dans le livre d or et je vous livrerai la reponse de Juan Carlos dans quelques jours....

A Mar del Plata nous avons egalement pu admirer en plein port une colonie de plus de 800 lions de mer. Ils se sont installes ici il y a plus de 30 ans et ils cohabitent tres bien avec les humains et surtout les pecheurs qui leur donnent les restes de poissons. Ils n ont plus qu a se dorer la pillule et a se battre (ils sont un peu agressifs entre eux) toute la journee, belle la vie, non..?

Nous avons egalement eu la chance Smile de vivre le reveillon a Mar del Plata et on peut dire que nous nous en souviendrons ! On s etait dit on achetera quelque chose et on ira manger sur la plage, il y aura surement plein de monde ! En fait, le repas du reveillon a finalement ete des empanadas (specialites argentines, sorte de feuillete aux legumes ou a la viande) et heureusement nous avions achete des cerises super bonnes qui nous ont servis de dessert. Tous les magasins et restaurants etaient fermes a part quelques uns faisant des soirees privees. Nous etions les seuls sur la plage et apres une marche de plus de 2h dans les rues de la ville afin de trouver ame qui vive nous avons vu finalement des gens apparaitre vers 23h30 a proximite du casino. A 00h00 nous avons ete de nouveau decus car il n y a pas de feux d artifice de la ville mais seulement quelques feux d artifice prives tires par des particuliers ou qq restaurants. Au bout de qq minutes tout etait fini. En fait, le reveillon est une fete de famille et donc tout le monde le fete chez lui en famille.

Nous avons egalement profite de ce sejour sur la cote atlantique pour visiter d autres villes a proximite de Mar del Plata:

-  Tout d abord Mar Chiquita, a environ 35 km au nord, celebre pour sa reserve naturelle et sa lagune. Mais malheureusement nous n avons pu n en faire que le tour car la reserve n ouvre qu en janvier. C est un peu le probleme ici, il n y a pas de demi saison tout commence en janvier et se termine fin fevrier - fin mars.

- Puis Villa Gesell, une ville incroyable, fondee sur des dunes par un allemand qui a eu le projet fou en 1931 de stabiliser les 17 km2 de dunes qu il avait achete. Et malgre les critiques de l epoque, il a reussi ! La ville est superbe avec des pinedes de partout et des rues en sable, seules les avenues sont goudronnees. Autre chose amusante de la ville : ici il est facile de se reperer car les rues n ont pas de noms mais se nomment rue 1, 2, 3 etc...facile non ?

- Nous sommes ensuite alles vers le sud, a Miramar, la ville des enfants et du velo. Nous y etions le 1er janvier pour le lancement de la saison et l ambiance etait completement differente de Mar del Plata. Petite ville balneaire, nous logions dans le plus vieux hotel de la ville avec un patio interieure, le cadre etait superbe et on a vraiment pour la premiere fois ressenti une ambiance vacances comme dans les villes balneaires francaises. Le premier nous avons pris le traditionnel bain du 1er janvier, mais pour nous c etait plus facile qu en France car l air etait a 30 degre et l eau a 20 degres. Cependant ici le temps est plutot breton ou normand, presque tous les jours il y a une averse et le soir quand le vent se leve, il faut mettre les polaires. Nous avons profite de cet arret dans la ville du velo pour faire un tour d une journee en tandem et on est meme pas tombe !

- Nous terminons notre sejour par Necochea, a environ une centaine de km au sud de Mar del Plata. Nous avons a nouveau vu dans le port une colonie de lions de mer. Mais cette fois ils se sont installes sur la plage et on les approche a 10 m. C est impressionnant de voir ces grosses betes d aussi pres. Le temps c etait en plus fortement rechauffe et on s est baigne tous les jours. Nous allons laisser la cote atlantique pour la peninsule de Valdes, demain apres midi, apres une nuit en car couchette nous pourrons decouvrir de nouveaux animaux. Au programme pinguins, lions de mer, dauphins, orques...on verra ce qu on pourra voir..

En Mar del Plata, ni havis esperantistan kontakton nome Juan Carlos SALAS. Li akceptis nin en la bus-stacidomo kaj peris la trovon de la tendumejo. Poste dum la restado li afable gvidis nin en sia urbo kaj en Sierra de los Padres. Li ankau informis nin pri kelkaj kutimoj argentinaj. Ekzemple,  kial foje estas bidono au botelo sur la tegmento de auto ? Mi ne donos tuj la respondon sed atendas viajn ideojn en la "livre d'or" (esperantistoj argentinaj estas ekster konkurso, kompreneble :-)

Plej plachis al ni ankau la otariaro de la haveno, tie vivas 800 vir-otarioj (mar-lupoj lau la hispana nomo) kiuj profitas la fishojn kaptitajn de la granda shiparo de Mar del Plata. Dum la vizito de la akvorezervujo, ni ekscis ke kiam europano malshparas 150 litrojn tage kaj usonao 300, argentinano rompas la rekordon kun 685 litrojn ! Tie ekzemple en  la pisujoj la akvo fluas senchese...


Mar del Plata estas la plej furora feriejo de Argentino, ni do pensis ke estos plej bela kaj miriga fajro-artajho.....Sed, oh, ve, estis malmulte da homoj, shajnas ke la finjaraj festoj estas nur familiaj kaj ke chiuj restas hejme. Ni do vagis dum horoj la 31an de decembro vespere en senhomaj stratoj ghis la 23a30 kaj subite homoj alvenis. Ni do atendis la finjaran fajro-artajhon senpacience kaj......ghi estis vere.....plorinda ! Fakte tie la urbo organizas nenion do krom la homoj mem estas nur malmultaj restoracioj kiuj lanchas kelkajn raketojn.
Ni tamen neniam povos forgesi tiun etoson, kiam ni manghis kvazau solaj sur la plagho, "empanadas" (salajn farchitajn bulkojn) kaj bongustegajn cherizojn.


Ni vizitis ankau "villa Gesell" kiu estas nekredebla urbo kun stratoj el sablo fondita de Carlos Gesell en 1931. Li sukcesis efektivigi sian revon, instali urbon sur 17 km2 da dunoj, sed mi ja pli admiras lian patron kiu inventis alispecan monon kiu, se ghi anstatauus nian kapitalisman monon, igus nian mondon malpli maljusta, jen la artikolo por scii pli pri tio: http://eo.wikipedia.org/wiki/Silvio_Gesell


Ankau Miramar plachis al ni, ghi estas la urbo de la infanoj kaj de la bicikloj. Tie ni luis tandemon kaj ech ne falis unufoje !
La urbo estas agrabla pro la respekto al la biciklantoj far la automobilistoj (sola ejo kie oni respektas biciklantojn en Argentino lau Juan Carlos !), la parko kaj la belaj plaghoj. Char ni cheestis la unuan de januaro, ni banis nin en la maro. Estas tradicio kiun ni neniam povis (kuraghis) efektivigi en Francio.


Lasta etapo en la regiono estas Necochea, kie ni ja denove banis nin sed chefe revidis de pli proksime ol en Mar del Plata otariojn. Estas mirinda spektaklo stari sur la sama plagho, je 10 metroj de tiuj bestoj kiuj interbatalas au ripozas.

Ni ne pensis vidi tion antau patagonio kaj la duoninsulo de Valdes kien ni chi-nokte albusos kaj kie atendas nin Leo.

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Argentine