Ushuaia, la ciudad del fin del mundo
  

Ushuaia, la ciudad del fin del mundo

Ushuaia, Argentine le 19/01/2010

 

Pour atteindre la terre de feu et Ushuaia, il nous restait depuis Rio Gallegos a parcourcir environ 600 kms mais il nous a fallu plus de 15h ! Pourquoi ? Si vous regardez une carte de la Patagonie vous comprendrez. La Terre de feu est une ile mais surtout le Chili et l Argentine se partagent le sud de la Patagonie et la Terre de Feu.

Donc pour se rendre a Ushuaia, on est oblige de passer 4 frontieres (sortie de l Argentine, entree au Chili, sortie du Chili et de nouveau entree en Argentine) ce qui a une moyenne de 1h-1h30 par frontiere augmente forcement le temps du voyage. De plus au Chili la route est encore en terre, et il nous a fallu plus de 3h pour faire 100 km. Nous sommes egalement rentres en fraude au Chli car nous avions avec nous des produits illegaux..........de quoi s agissait il ?...........de juste qq tomates, fruit et d un camenbert mais au Chili il est interdit de rentrer avec des produits d origine animal pour des raisons de maladie alors meme que nous etions juste en transit. Nous avons su apres que nous aurions pu avoir une grosse amende mais heureusement on n a pas ete controles.


Le paysage jusqu a Ushuaia est assez extraordinaire. Pendant des kms nous avons continues a voir la steppe avec des guanacos et des moutons, puis parfois le paysage devenait plus vert (a cause d une riviere) et les vaches faisaient place aux moutons. En nous approchant d Ushuaia des arbres commencaient a apparaitre, mais ils etaient  secs et tortueux (nous avons su apres qu une partie de la foret avait brulee) puis sont apparues les montagnes encore enneigees et des lacs. Avec le couche du soleil c etait vraiment magnifique.


A Ushuaia nous attendait Sergio, l esperantiste le plus au sud du monde, et sa femme Lidia. Lidia est retraitee et Sergio etait en vacances et ils ont passe bcp de temps a nous montrer les merveilles de leur region.

 


Nous sommes alles au glacier Martial en utilisant le telesiege, au parc national d Ushuaia. Les paysages etaient spendides : lacs, montagnes, mer, on aurait pu se croire dans les Alpes. Dans le parc nous avons visite le musee sur les indigenes qui habitaient le terre de feu les Yamanas. Ils vivaient nus sur des barques avec seulement une peau qu ils orientaient en fonction du vent. Au milieu du bateau ils entretenaient un feu et pour pecher ils s enduisaient de graisse de phoque. Etant donnes les conditions climatiques de la region, on se demande comment cela est possible.
 
Comme dans le reste de la Patagonie, la ville la plus au sud du monde est isolee. La ville la plus proche est Tolhuin a plus d une heure de voiture et elle n a que 2000 habitants. Ushuaia a aujourd hui environ 60 000 habitants. La ville a grandit rapidement depuis le milieu des annees 70 ( a l epoque seulement 5 000 habitants) grace aux zones franches crees qui ont incite de nombreuses entreprises a venir s installer. Dans la foulee, des salaires plus elevees que dans le reste du pays, ont incite de nombreux argentins  a tente leur chance mais tous ne sont pas restes. Sergio est venu il y a 25 ans avec ses 2 freres mais seul lui est reste. La ville la plus au sud du monde n a pas un climat tres attractif...Le maximum est de 15 degres en ete !


Nous avons egalement passe une journee en mer ou nous avons admire le phare des eclaireurs, une colonie de pingouins et d otaries et ou enfin nous avons pu visiter l estancia la plus ancienne de la Terre de Feu.

Le tout de la ville fut rapide, il n y a pas grand chose a voir. Mais nous avons quand meme visite le musee de la fin du monde, de toute facon ici tout est le plus au sud du monde (station de ski, golf, phare....).

Ici, comme ailleurs en Argentine, la mentalite est au laissez faire et l expression qui revient tout le temps concernant toutes les entorses a la loi est "no pasa nada", je pense que vous comprendrez, pas la peine de traduire !

Senfina busvojagho de pli ol 15 horoj dum la tuta tago. Ne estas noktaj busoj kaj ni malfruis je 2h30 pro fidoganistoj. Por atingi Ushaia per tera vojo oni trairu la chilian parton de Fajrolando. La lando ne permesas la eniron de fruktoj, legomoj kaj fromaghoj. Ni havis chion-chi sed bonshance neniu kontrolis niajn sakojn. Sergio la plej suda esperantisto de la mondo  sciigis poste al ni ke kaze de kontrolo ni havus monpunegon.


Li feriis dum nia restado kaj kun sia charma edzino Lidia, li gvidis nin tra la regiono. Tiel ni vizitis la glaciejon "Martial" kiu superas la urbon. Fakte en Ushaia la negho kovras la urbon dum 6 monatoj kaj ghi restas la tutan jaron iom supre sur la montoj. Ni ne spertis temperaturon pli altan ol 15 gradoj !

La nacia parko same belas, shajnas ke la Alpoj banas sin en la kanalo Beagle, kie Pacifiko kaj Atlantiko kunighas. La akvo estas tiom malvarma ke post 5 minutoj en ghi, normalulo riskus morti. Tamen tie vivis indianoj "yamanas" kiuj chasis, fishkaptis kaj plonghis per pirogoj. Ili vivis kvazau nudaj kun felo kaj graso de otarioj kiel nura protekto ! Ili ankau zorgis pri chiama fajro por varmigi sin. Tio donis la nomon "Fajrolando" al la regiono. Bedaurinde la europanoj detruis tiun popoleton en nur 70 jaroj per rekta mortigado, malsanoj, amaschasado de la otarioj kaj provoj civilizaciigi ilin. Jen ligilo por scii pli pri la tiamaj plej sudaj loghantoj de la Tero:
http://www.limbos.org/sur/yamanfr.htm

Amuza afero tamen, ili uzis fungon, panon de indianoj kiel surogaton por trompi la stomakon char ghi havas neniun satigan valoron.


 
Ni ekskursis ankau shipe sur la kanalo al pingvenejo kaj al la unua farmbieno de la insulo, la "Estancia Haberton" kiu grandas 200 km2. La distancoj estas chie grandaj. Ekzemple, estas nur 3 komunumoj en argentina Fajrolando, Ushuaia (60000 loghantoj) Tolhuin (2000) kaj Rio Grande (70000) kaj ili distancas unu de la alia je almenau 100 km.


Dum nia restado ni denove plejofte parolis hispane char Lidia ne parolas la internacian lingvon. Mi pensas ke dank´al tio ni denove iom progresis en la hispana, almenau aude.


Mi ne povas fini chi artikolon pri la urbo de la fino de la mondo sen mencii la vidpunkton de la plimulto de la samlandanoj de Sergio (lau li). Pri chio (chefe kontrau leghaj agoj) ili diras "no pasa nada" (nenio okazas) kaj la rezulto shajnas esti "un desastre" kiel diras Jean-Pierre de Tandil !!!

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Argentine