Maragua et les villages Jacq'a - Maragua kaj la vilaghoj Jhaka
  

Maragua et les villages Jacq'a - Maragua kaj la vilaghoj Jhaka

Maragua, Bolivie le 10/04/2010

 

Apres avoir fait le tour de 4-5 agences de voyages de Sucre et etant donnes les prix qu'ils proposaient pour une excursion de 3 jours, nous avons decide de nous debrouiller tout seul. (Pour ceux qui visiteraient le blog afin de se rendre dans les villages Jacqu'a cf ci-dessous pour voir les couts et l organisation). Olivier avait un peu regarder le blog d autres francais, nous etions egalement alles au musee du textile a Sucre qui nous avait remis une feuille avec quelques renseignements notamment sur les temps de randonnee entre les villages et les possibilites d'hebergement.
 
Samedi matin a 7h30, nous avons pris la ligne 1 jusqu'au rond point Yurac-yurac, d'ici partent les bus et les camions (camions ??!!, eh oui ici le transport de personne se fait egalement en camion de marchandise entasses les uns a cote des autres avec les betes, meubles ou autres...mais c'est moins cher encore que le bus). Quand nous sommes arrives, un jeune homme vient me faire la bise, il s'agit d'un prof de l'ecole ou j'ai suivi les cours d'espagnol et nous l'avons rencontre la veille a la soiree cuisine de l'ecole ou nous avons pu gouter une des specialites culinaires de Bolivie "les papas rellenas" ou pomme de terre farcie au fromage. Il est avec 3 autres amis qui travaillent pour une agence de voyage a Sucre et viennent reperer l'itineraire d'une partie des villages Jacqu'a pour mieux le vendre a l'agence. Il nous propose de se joindre a eux, nous avons donc un guide pour la premiere journee. Nos nouveaux compagnons de voyages : Pedro, le guide, Abel, le prof de l'ecole et Lisa et Claudia sont etudiants et travaillent en complement de leurs etudes. Abel a carrement un emploi du temps de ministre car il travaille de 8h30 a 18h30 a l'ecole puis enchaine les cours dui soir et le week end il travaille a l'agence de voyage. Nous reussisons a avoir un bus pour 10 bolivianos (soit 1 euro) mais attendons 2h avant qu il demarre (en fait ils attendent qu il soit plein ou plutot archi plein puisqu'une dizaine de personnes voyagent debout). Nous traversons de nouveaux quartiers de Sucre plus populaires avec de nouveau de grands marches puis arrivons sur une piste qui doit nous ammener une 1h plus tard a la chapelle de Chataquilla d'ou commence le chemin des Incas. En route nous sommes contraint de faire une pause car ils sont en train de faire une nouvelle route et la circulation n'est ouverte qu'a certaine heures de la journee. Nous arrivons vers 12h30 a la chapelle (soit 5h apres notre depart de Sucre pour seulement 30 kms, on etait prevenu, c'est la Bolivie, il faut etre patient). Mais pour compenser, sur la route les paysages sont splendides, montagnes toutes vertes, culture en terrasse...nous commencons deja a etre depayse.


 
Nos amis boliviens ont prevu d'aller jusqu'a Irupampa a cote de Maragua a environ 20km de notre point de depart. Nous avions prevu de couper ce parcours en 2 mais finalement nous les suivons. Le chemin de l'inca est un chemin pre-hispanique construit il y a plusieurs milliers d'annees afin de permettre aux messagers de se deplacer plus rapidement. Cela ressemble un peu a nos voies romaines avec des paves mais un denivele de`plus de 900 m (heureusement nous le faisons dans le sens descendant). De la nous pouvons commencer a voir le cratere de Maragua, d'enormes cercles demi concentriques qui entourent le village (apparemment du a un impact de meteorite mais cela est peut etre egalement du au mouvement des plaques techtoniques). Nous arrivons a Chaunaca, le premier village Jacqu'a au bout d'1h30 de randonnee. Nous faisons une petite pause pour manger, nous arretons dans la maison d'une vieille dame qui fait egalement epicerie et qui peut accueillir quelques randonneurs pour dormir egalement et continuons notre route direction Irupamapa. Un des 4 chiens de la vieille dame commence a nous suivre, nous essayons de le faire rentrer chez lui mais non il reste avec nous. Il est tout fou quand nous traversons la riviere et se roule dans le sable, nous le nommons "foufou" ce qui plait beaucoup a nos amis boliviens. Sur la route de nouveau des couleurs splendides, du rouge, du gris, du violet, du vert, du jaune des cultures dans les champs. Des maisons en pisee avec toit en paille perdues au milieu de nulle part. Notre guide commence a fatiguer pour monter les cotes, nous sommes devant et discutons espagnol (cela nous fait faire un peu d'exercices !), la nuit commence a tomber et nous voyons de moins en moins. Nous allons louper l'arrivee sur Maragua et Irupampa avec le cratere qui entoure les 2 villages...tant pis nous verrons demain car nous avons prevu de rester la journee a Maragua. Nous arrivons finalement de nuit avec la lampe torche, apres plusieurs hesitations, au gite de Irupampa a 20h30. Il ya deja 4 personnes, 2 francaises et 2 hollandais. Nous discutons avec Lola et preparons notre repas. Le gite est sommaire, nous allons chercher l'eau a la riviere pour la soupe et dormons sur des matelas en paille (un peu dur !).

Le lendemain les autres devaient partir a 7h du mat pour recuperer l'unique camion de la journee qui partaiit de Quila Quila a 3h-4h de marche de notre gìte. Apres leur depart nous quittons egalement le gite et nous rendons a Maragua le village situe a 2km de Irupampa. Nous sommes emerveilles par le paysage, le cratere autour des 2 villages est immense et recouvert de verdure. Sur la route comme la veille nous rencontrons des boliviens avec des anes, des boeufs qui vont travailler dans les champs. Arrivee a Maragua, nous cherchons le contact qui nous avait ete donne au musee du textile a Sucre afin de pouvoir dormir et trouver un guide. Nous trouvons finalement Aniceto qui nous donne la clef pour notre futur maison de la journee et sera notre guide pour nous rendre jusqu'a Potolo. Le gite est superbe, maison en pierre avec toit en paille et a l'intereiur 4 pieces, un salon, une cuisine et une chambre et une salle de bain. Apres l'hebergement sommaire de la veille on est aux anges !

 

Nous profitons de la matinee pour visiter l'ancien village de Maragua, monter au sommet d'un des crateres et aller voir la cascade du village (rien a voir avec Iguazu bien sur mais superbe quand meme). Ici, On a l'impressin d'etre hors du temps, tout est calme, pas de bruit ! A midi on avait commande a notre guide le repas et une bonne soupe avec du riz et des pommes de terre nous ravigore pour l'apres midi. Apres midi tranquille, lecture puis nous nous rendons au cimetiere de la ville completement en hauteur et Olivier a faillu se faire mordre par un serpent (qui apparemment est veneneux), heureusement il l'a vu au dernier moment.  Le soir nous attendons la cuisiniere qui devait arrivee entre 18h et 19h mais finalement elle n'arrive qu'a 19h30 et nous mangeons a 20h30 une bonne soupe de cereale et un melange de petits pois, de pates et de legumes. 
 


Le lendemain matin nous avions rendez vous avec notre guide a 7h mais de nouveau nous attendons la cuisiniere qui arrive a 7h00. Elle nous prepare les typiques bugnelos (sorte de bugnes lyonnaise) avec du the. A 7h50 notre guide n'est toujours pas la, nous partons donc a sa rencontre. Nous le croisons sur le chemin avec son chien Rambo et decollons de Maragua a 8h00. Le rytme n'est pas le meme que celui de notre precedent guide. Au depart je cours limite derriere pour pouvoir suivre puis ils me sement un peu dans la montee mais j'arrive quand meme a rester a une 50taine de metre derriere. Dans la montee de nombreux enfants avec des tas de bois dans le dos descendent direction l'ecole. Ce lundi c'est la journee des enfants, ils ne vont pas etudier mais jouer et cuisiner ensemble. Les enfants viennent des villages alentours et ils font se trajet tous les jours. A Maragua, dans ce tout petit village, il ya 354 enfants dont bcp viennent des villages alentours.
Notre guide nous conduit jusqu'aux traces de dinosaures (impossible a trouver sans guide). Cette fois nous les voyons bcp mieux qu'au musee de sucre, nous faisons d'ailleurs qq photos dans les traces espaces de plus d'un metre les une des autres. Sur la route nous continuons a traverser des paysages aux couleurs et reliefs splendides ainsi que des maisons completement perdues dans la montagne avec des cultures en terrasse. Arrivee a 1h de notre etape finale nous laissons notre guide repartir et terminons seul les derniers kms. Nous arrivons a 12h au village de Potolo apres avoir effectue une vingtaine de kms. Nous mangeons sur la place centrale et apres tentons de trouver un camion ou une voiture qui pourrait nous rammener a Sucre (le bus ne passant qu'une fois par jour a 9h du matin). Nous nous installons sur le bord de la route a 13h, de nombreux enfants s'arretent pour discuter avec nous. Un groupe de jeunes filles veut meme que j'aille avec elles a la riviere et que je reste avec elles. Le fait d'etre blonde me rapporte bcp de succes, il ne voit pas souvent des "gringos" (blancs) comme ils disent ici. Finalement a 16h de l'apres midi Olivier discute avec qqn qui va partir pour Sucre. Il passe nous prendre a 16h30. En l'espace de 3h30 nous avons vu passe une dizaine de voitures et seulement 3 dans le bon sens !!! Nous voyageons a l'arriere d'un 4*4 avec un bolivien jusqu'a Chaunaca ou le 4*4 s'arrete. La 3 autres "gringos" montent avec nous, nous sommes serres comme des sardines a l'arriere du 4*4. C'est pas pire que le camion mais question confort c'est pas l'optimum. Il s'agit de 2 anglais et une hollandaise qui sont partis a la journee faire le chemin pre-inca et qui pensait qu'il y avait un bus. Finalement apres 1h45 de trajet en 4*4 nous arrivons a Sucre, nos fesses et dos nous font mal mais nous sommes rentres ! On nous avait dit que les boliviens prenaient rarement des auto-stoppeurs et que si cela arrivait il fallait les dedommager financierement. Nos conducteurs n'ont rien voulu de plus qu'une bise de notre part, comme quoi...


 
Pour les personnes qui souhaiteraient faire une excursion aux villages Jacqu'a, voici qq infos :
L'agence la moins chere a Sucre que nous avons trouve est l'agence Eclipse, situe a cote du cafe Berlin. Elle nous demandait pour 3 jours pour 2 personnes 780 bol par pers et pour plus de 3 pers 560 bol par pers.
Finalement nous nous en sommes sortis pour nous 2 :
20 Bol de bus de Sucre a la capilla de Chataquilla (10 par pers)
20 bol pour le chemin pre incas (10 par pers)
50 bol pour l hebergement a Itupamapa (25 pers = 20 pour dormir + 5 pour le gaz)
40 pour le repas de midi a Maragua (20 par pers, mais il faut negocier)
130 pour l'hebergement et le repas du soir et petit dej a Maragua (65 par pers)
130 pour le guide (il faut egalement negocier, le prix propose au depart etait de 80 par pers)
20 pour les traces de dinausaures (impossible de les voir sans guide)
Il faut apporter sa bouffe pour les pique nique car dans les "tiendas" il y a seulement des boissons et parfois des crakers. Il y en a a Chaunaca (demande car c 'est dans la maison d'une vielle dame), Maragua et Potolo (bcp mieux fournis). Pour ceux qui ne trouvent pas de moyen d'acheminement a Sucre le soir meme, il est possible de dormir a Potolo dans un hostal ou dans les cabañas Azur comme a Maragua.

Post 6 monatoj da vojagho, ni finfine decidis vere migradi en montaro (dum pluraj tagoj) en la regiono situanta oriente de Sucre. Tiu belega regiono estas tiu de la vilaghoj Jaka. Por atingi la komencon de la migrado, la kapelo de Chataquila, necesas uzi buson au kamionon ! Post 2 horoj da atendado, la buso ekveturas nur kiam ghi plenplenighas, kaj 3 horoj da veturado, ni finfine elbusighas. Ni do veturis 30 km en 5 horoj !
Surloke ni ekmigradas kun 4 bolivianoj sur la vojeto de la inkaoj. Ni renkontis ilin antau la enbusigho. Unu el ili, Avel, estas instruisto en la lernejo kie Magali sekvis kursojn de la hispana. Liaj amikoj estas Pedro, nia gvidisto, Claudia kaj Lisa. Ili chiuj laboras por turisma agentejo kaj volas koni la migradon kiun ili poste vendos.

 

La vojeto de la inkaoj multe similas al la romanaj vojoj de europo. Tamen tiu chi desupras de 900 metroj ghis la vilagho de Chaunaca. Ni jam ekvidas la krateron de Maragua. Post pauzeto ni plumarshas al Irupampa, apuda vilagho de Maragua. Ni profitas la okazon por reklami pri Esperanto. Niaj argumentoj shajnas trafaj char Avel kaj Claudia intencas eklerni nian lingvon. Nia gvidisto (fakte eks-gvidisto: li ne plu gvidas iste sed nur vendas en la agentejo) ne tre viglas, ni do devas malrapidi kaj alvenas nokte al nia dormejo en Irupampa.
La morgauon, niaj amikoj ekiras al Quila Quila, alia perdita vilagho, por trafis la solan kamionon kiu veturas al Sucre. Ni alidirektas al Maragua, tie ni trovas loghejon kaj gvidiston por la morgauo. Ni profitas la tagon por promeni en la chirkauajhoj al akvofalo, klifoj kaj tombejo. La pejzagho estas impresa pro la koloroj. Fakte la tuta etoso estas ghuinda, tie ne estas veturiloj (ech ne bicikloj) chio kaj chiuj transportighas per piedoj chu homaj chu azenaj !
La trian tagon, ni migradas pli ol 20 km en nur 4 horoj. Nia nova gvidisto multe pli rapidas ol Pedro. Dank'al li ni ne perdighas (ne facilus orientighi sen mapo) kaj ech povas vidi dinosaurajn spurojn. 


En Potolo, la Chefvilagho de la regiono, ni atendas 4 horojn ghis trafi auton por reveni al Sucre. Estas la sola solvo char estas nur unu buso tage kaj ghi ekiras je la 9a matene. Post 1h45 da malkomfortega veturado en la varujo de la chiujterena auto kun 4 simpatiaj kunvojaghantoj, 1 boliviano, 1 nederlandanino kaj 2 angloj, ni revenas al la civilizado kaj ties poluado.

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Bolivie