Montevideo, une capitale tranquille - trankvila chefurbo
  

Montevideo, une capitale tranquille - trankvila chefurbo

Montevideo, Uruguay le 05/12/2009

 

Montevideo, 1,3 millions d habitants, ne ressemble pas a une capitale. Installe dans le quartier Isla de flores, a proximite du centre ville, la vie ressemble a ce que nous avons malheureusement oublie dans les grandes villes en France : petites maisons, epiceries au coin de la rue, tout le monde se salue et se connait, quartier presque sans voiture ou passent des carrioles tires par des chevaux pour ramasser les dechets.

Nous sommes pour la premiere fois accueillis par une famille esperantiste et quelle surprise de decouvrir a la gare routiere que Karine est francaise ! Rencontre avec Edouardo, Uruguayen, lors d un congres d esperanto et la vie prend un autre tournant direction Montevideo, ou ils vivent ensemble depuis 2001. Ils ont maintenant 2 enfants, Elena, 4 ans et demi et Rafael, 2 ans. Les enfants parlent francais avec Karine, esperanto avec Edouardo et espagnol a l ecole. Ils maitrisent deja tres bien les 3 langues et c est amusant de voir avec quelle facilite ils passent d une langue a l autre. La famille s est agrandie d un membre la veille de notre arrivee, jour des elections presidentielles en Uruguay, ou "Pepe" a ete elu. Ce nouveau membre est un petit chat retrouve trempe dans la rue. Depuis longtemps je n avais pas vu de petit chat et il est particulierement gentil. Il a dormi avec nous la nuit et il dormait toujours a cote de ma tete et me regardait avec son oeil vert et son oeil bleu.

 

Nous avons profite de notre sejour pour visiter le centre ville, aussi tres tranquille, voir qq musees dont celui du carnaval, nous promener le long de la mer sur la Rambla.

Nous avons grimpe le sommet du pays qui quand meme culmine a......501 metres Wink , nous sommes aussi alles au point le plus au sud du pays ! Lors de notre promenade a Piriapolis, nous avons fait la rencontre d une charmante petite bete, elle n etait pas aussi grosse que celle de Florianopolis mais quand meme...nous vous laissons apprecier...

 C est aintenant une tradition, nous faisons une conference sur la France lors de chaque arret. Cette fois le club de Montevideo est situe dans "El Castillo de la Flauta Dulce" ou l on peut apprendre l esperanto mais aussi la flute a bec. C est Heliana et Alberto qui s en occupent. D ailleurs nous sommes alles avec eux le dernier jour a Colonia, c est une jolie ville coloniale, pas tres grande en face de buenos Aires, fondee par les portuguais. A 21h30, nous avons pris une navette fluviale rapide pour Buenos Aires, nous sommes partis a 21h30 et arrives a la meme heure, elle est vraiment rapide, non !?

En Montevideo estas esperantista familio franca-urugvaja, Karine, Edouardo, Elena kaj Rafael, kiuj gastigis nin. Estis nia unua gastiga familio kaj la infanoj jam parolas 3 lingve : france, hispane kaj esperante. La chefurbo de Urugvajo estas nekredeble trankvila. Ghi same grandas kiel Liono sed en la kvartalo kie loghas Karine kaj Edouardo estas tre malmulte da autoj, la domoj estas 2 au 3 etaghaj maksimume, chie estas etaj vendejoj, la homoj salutas unu la alian kaj konas sin, same kiel en plej kampara franca vilagho. Ech estas charetoj tiritaj de chevaloj por kolekti la rubajhojn.

Dum nia restado, ni konkeris 2 gravajn lokojn : la plej sudan parton de la lando kaj la plej altan montegon, kiu altas 501 metrojn. Ni tamen sukcesis ghin alsupri sen oksigenbotelo Smile 

La vetero estis bretona dum la tuta semajno, eble pro tio Karine (Bretondevena) tiel facile translokighis tien por fondi familion kun Edouardo. Antau nia alveno la familio jhus pligrandighis je nova ano, eta kato, kiun Magali plej shatis. Li dormis en nia lito, malgrau mia hezitemo mi finfine cedis al la argumentoj de Magali.

Kiel kutime ni prelegis pri Francio en la esperanta klubo, kiun prizorgas Alberto kaj Heliana.

Dimanchon, la lastan tagon en Urugvajo, tiu afabla paro vizitigis al ni Kolonion, Kolonia-urbo, fondita de la portugaloj. Ghi situas che la alia flanko de la elfluejo de Riverego, fronte al Bonaero. De tie, ni ekshipis je la 21a30 kaj alvenis, post vomemiga vojagho, en Bonaeron samhore. Estis tuja fulma vojagho ! 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Uruguay